Prévention des maladies cardiovasculaires

 
Chef de Service : -Centre de Med. cardio-vasculaire

La prévention cardiovasculaire a pour but d’empêcher ou de freiner l’évolution de l’athérosclérose : dépôts se développant dans les artères et constituant les plaques d’athérome qui, au cours du temps, peuvent rétrécir les artères et gêner le passage du sang, ou même les boucher. Toutes les artères du corps sont concernées, mais ce sont surtout les artères à destinée cardiaque, cérébrale et des membres inférieurs qui peuvent exposer au risque, potentiellement mortel, d’angine de poitrine ou d’infarctus du myocarde (« attaque cardiaque »), d’accident vasculaire cérébral (« attaque cérébrale »), de rupture d’anévrisme ou d’artériopathie des membres inférieurs.

La prévention a donc pour but de diminuer ce risque d’accidents. Elle peut être secondaire ou primaire.

La prévention secondaire s’adresse à des patients qui ont déjà eu une ou plusieurs de ces complications cardiovasculaires. Elle est assurée par leur médecin traitant et leurs médecins spécialistes (cardiologues, médecins vasculaires etc.) et consiste à freiner l’évolution de la maladie et à éviter la survenue de récidives ou d’accidents plus graves.

La prévention primaire s’adresse à des individus qui n’ont jamais présenté d’événement cardiovasculaire mais qui ont des facteurs de risque : hypertension artérielle, hypercholestérolémie, diabète, tabagisme, hérédité de maladie cardiovasculaire précoce chez les parents ou les frères et sœurs, surpoids ou obésité, sédentarité. Elle consiste à dépister les individus à haut risque de survenue d’une complication pour pouvoir ensuite leur proposer un traitement de réduction de risque adapté.

Le CMPCV (Centre de Médecine Préventive Cardio-Vasculaire) collabore avec les autres services du Pôle cardiovasculaire, les plateaux techniques d’imagerie et de biochimie pour offrir des outils modernes de diagnostic du haut risque. Certains facteurs de risque méconnus sont dépistés par prises de sang (dosages spécialisés de certains marqueurs inflammatoires ou métaboliques). L’athérosclérose et les autres anomalies artérielles silencieuses (c’est-à-dire sans aucun symptôme) sont détectées au CMPCV par échographie des artères carotides (cou), fémorales (pli de l’aine) et de l’aorte abdominale. Dans certains cas, le recours au scanner permet de rechercher de l’athérosclérose coronaire (artères du cœur). D’autres examens sont pratiqués selon les cas (épreuves d’effort, échographies du cœur etc..). En fonction du niveau de risque et de l’existence et de la diffusion des lésions d’athérosclérose, un traitement de réduction de risque est proposé au patient par l’équipe du CMPCV composée de médecins et de personnels paramédicaux spécialisés dans la prévention, et d’une diététicienne. Ce traitement préventif comporte des conseils alimentaires personnalisés, des recommandations concernant l’activité physique, la perte de poids, et le sevrage tabagique, et éventuellement la prescription de médicaments pour soigner entre autre l’hypertension, l’hypercholestérolémie ou le diabète.

Les patients sont adressés au CMPCV par leur médecin du travail, leur médecin traitant, leur spécialiste, d’autres services de l’HEGP ou de l’Assistance Publique ; ils peuvent aussi se présenter spontanément. La prise en charge est initiée en consultation avec un des médecins du service qui va programmer, si c’est utile, des examens complémentaires. Tous les examens de dépistage sont indolores et non invasifs et ils sont effectuées lors d’un séjour programmé en hôpital de jour. Le traitement, médicamenteux et non médicamenteux, est proposé à l’issue de cette journée et il pourra être adapté par la suite, soit par le médecin traitant, soit lors de nouvelles consultations spécialisées de suivi.