Néphrologie

Néphrologie

 

 
Chef de Service : Pr Eric THERVETNephrologie

L’objectif de la néphrologie est de prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies qui altèrent les multiples fonctions des reins (néphropathies) et leurs conséquences cardiovasculaires et métaboliques. La néphrologie est une discipline médicale*. Les reins sont des organes de petit volume (0,6% du poids corporel) mais reçoivent 20% du débit cardiaque. Ils sont la cible privilégiée de l’hypertension artérielle, de nombreuses maladies générales communes ou non telles le diabète, l’artériosclérose, le lupus érythémateux aigu, et des toxiques (chimiothérapies anticancéreuses, antibiotiques,…) qui sont concentrés et éliminés par les reins. La plupart des maladies rénales conduisent à l’insuffisance rénale. A son stade terminal un traitement de suppléance doit être mis en œuvre : épuration extra-rénale par hémodialyse sur rein artificiel ou par dialyse péritonéale, transplantation rénale.

Hémodialyse, Dialyse péritonéale

L’hémodialyse, qui utilise une circulation extra corporelle, corrige les anomalies métaboliques dues à l’insuffisance rénale en mettant en contact, à travers une membrane semi-perméable, le sang du malade avec une solution hydro-électrolytique, le dialysat. Le traitement est mené habituellement au rythme de 3 séances de 4 heures par semaine.

La dialyse péritonéale repose sur le même principe ; mais le sang est celui qui circule dans les petits vaisseaux du péritoine et la membrane, le péritoine (membrane qui relie l’intestin à l’aorte) ; le dialysat est infusé dans la cavité abdominale par une tubulure placée à demeure. C’est un traitement continu mis en œuvre par le patient lui-même sur son lieu de vie ce qui lui assure une réelle indépendance.

Transplantation rénale

C’est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale. Mais les contre-indications sont nombreuses, les délais d’attente longs en raison de la pénurie d’organes et les complications du traitement immunosuppresseur, qui ne doit pas être interrompu, parfois graves.

* Elle diffère de l’urologie, discipline chirurgicale, qui s’intéresse aux tumeurs des reins, des voies urinaires et de la prostate, aux obstacles à l’écoulement de l’urine et aux anomalies de l’appareil génital masculin.


VIDÉO

Une journée en hémodialyse à l’Hôpital européen Georges-Pompidou (AP-HP).