Pour fluidifier le sang

Le traitement anticoagulant oral a pour but de diminuer la coagulation du sang et ainsi empêcher la formation d’un caillot. Ce traitement est prescrit pour éviter le risque de faire un AVC. (accident vasculaire cérébral). Les anticoagulants sont principalement prescrits dans le cadre d’une fibrillation auriculaire entrainant une arythmie cardiaque.

Il existe deux sortes d’anticoagulants qui ont sensiblement la même efficacité :

  • Les anti vitamines K : COUMADINE PREVISCAN SINTRON.
    Ils sont les plus anciens prescrits. Leur mode d’action bloque l’action de la vitamine K dans la chaine de coagulation. Ceci explique la nécessité d’avoir une alimentation régulière et équilibrée car la vitamine K est apportée par les aliments en particulier les légumes verts… leur utilisation nécessite une surveillance régulière de leur effet anticoagulant par la mesure de l’INR qui se fait par prélèvement sanguin et permet ainsi d’ajuster la posologie pour obtenir un INR entre 2 et 3.
  • Les NACO : nouvel anticoagulant oral dit aussi AOD (anti coagulant oral direct). Trois sont actuellement disponibles : l’ELIQUIS et le XARELTO qui inhibent le facteur Xa de la chaine de coagulation et le PRADAXA qui inhibe directement la thrombine.

    Ces nouveaux anticoagulants ne nécessitent pas de surveillance biologique et leur action n’est pas modifiée par l’alimentation. Leur posologie est fixe. La principale précaution d’emploi est d’éliminer une éventuelle insuffisance rénale.
    Le Médecin traitant ou Cardiologue décidera de quel type d’anticoagulant il est nécessaire. Actuellement il n’y a aucune raison de remplacer un traitement par AVK efficace par un AOD.

Précaution d’emploi et risque de saignement :

L’observance c’est à dire la prise régulière à heure fixe tous les jours d’un traitement anticoagulant est d’une importance vitale. Chaque patient doit-être porteur d’une carte mentionnant le nom du traitement.
Le principal risque de ces traitements est le saignement.

  • Pour les AVK, la surveillance de l’INR est indispensable pour prévenir ce risque.
    En cas de saignement un service d’urgence doit être contacté immédiatement. Il existe un antidote : la vitamine K qui ne sera utilisée qu’en cas d’urgence.
  • Pour les AOD, l’évaluation de la fonction rénale est indispensable avant la prescription.
    Dans le cadre de la surveillance de ce traitement on évaluera régulièrement la fonction rénale, la fonction hépatique et le dosage de l’hémoglobine au travers d’une prise de sang. Il n’existe pas d’antidote pour l’ELIQUIS et XARELTO la normalisation de l’hémostase demande de 12 à 24 heures. Pour le PRADAXA un antidote vient d’être commercialisé.