Hypertension artérielle

Qu’est-ce que c’est ?

A chaque contraction, le cœur éjecte le sang vers les artères pour alimenter tous les organes en oxygène et nutriments.

On appelle « pression artérielle » la force exercée par le sang contre les parois artérielles.

Elle varie au cours du cycle cardiaque :

  • Plus élevée au moment de l’éjection cardiaque appelée systole : c’est la pression systolique
  • Plus basse lors du remplissage du cœur appelée diastole : c’est la pression diastolique

Pour un même individu, il est normal que la pression artérielle varie d’un jour à l’autre, voire d’un moment à l’autre. La pression s’abaisse la nuit et s’élève dans la journée.

Certaines circonstances comme un effort physique, une émotion vive ou un accès de colère peuvent faire augmenter la pression artérielle.

Si la pression artérielle reste élevée au repos et sur un temps prolongé (plusieurs jours) on parle d’hypertension artérielle.

Comment mesure-t-on la pression artérielle ?

Elle se mesure par la mesure de la contrepression c’est-à-dire on met un brassard sur le bras que l’on gonfle ce qui crée une pression sur l’artère.

Quand la pression exercée est égale à la pression qui règne dans l’artère, le flux sanguin s’arrête.

Comment mesurer la pression artérielle à domicile ?

  • 3 mesures consécutives 1 à 2 minutes d’intervalle
  • 2 moments dans la journée : matin et soir
  • 3 à 7 jours de suite avant la prochaine visite médicale

Pour prendre votre pression artérielle, vous devez vous assoir et être au calme pendant 10 minutes. Vous mettez votre brassard comme cela est indiqué sur le schéma fourni avec votre appareil.

A partir de quelles valeurs est-on hypertendu ?

En auto mesure, on parle d’hypertension artérielle quand on sort de l’intervalle normal de 135/85.

L’hypertension peut être systolique, diastolique ou systo/diastolique selon les valeurs mesurée.

Comment devient-on hypertendu ?

Dans la majorité des cas, l’hypertension est dite « essentielle », c’est-à-dire sans cause connue.
Elle résulte de l’interaction de très nombreux facteurs génétiques et de facteurs environnementaux :

  • L’hérédité : le risque est d’autant plus élevé de développer une hypertension que ses parents le sont ou l’ont été
  • L’âge : le risque augmente avec l’âge
  • Le sexe : avant 50 ans, les hypertendus sont souvent des hommes ; ensuite cela peut attendre aussi les femmes en particulier après la ménopause
  • Le mode de vie : le surpoids, a fortiori l’obésité, une alimentation trop salée, l’abus d’alcool ou de réglisse, la sédentarité et le manque d’exercice physique sont des facteurs qui facilitent l’élévation chronique de la pression artérielle

Si je suis hypertendu, qu’est-ce que je risque ?

Dans la majorité des cas, l’hypertension ne s’accompagne d’aucun symptôme, car ils sont très rares et pas spécifiques : maux de tête, bourdonnements d’oreille, voire saignements de nez à répétition…
Si on ne mesure pas sa pression artérielle, on ne se sait pas hypertendu. Mais on risque tout autant les complications qui sont redoutables et la plupart du temps imprévisibles :

  • Accident vasculaire cérébral (hémiplégie, impossibilité de parler, voire coma et décès)
  • Infarctus du myocarde
  • Artérite des membres inférieurs
  • Insuffisance rénale

Pour en savoir plus


Bibliographie

  • L’hypertension artérielle; ce qu’il faut savoir pour la traiter et la surveiller. Dr Nicolas Postel-Vinay et Dr Guillaume Bobrie. Editions Odile Jacob; Novembre 2012. 256 pages. ISBN : 9782738128720